AFPYR y était !

Les actes du séminaire de l’Association française de pastoralisme sont disponibles :

« Activités pastorales et dynamiques territoriales » : les actes du séminaire de l’Association française de pastoralisme de 2016, coordonnés par Corinne Eychenne et Nicolas Buclet, ont été publiés aux éditions Cardère.

Pour vous donner un avant-goût des échanges qui ont eu lieu au cours de cet évènement, voici un extrait de l’introduction du séminaire réalisée par Corinne Eychenne :

La place du pastoralisme dans des territoires recomposés et diversifiés

(…)

Les échanges qui ont eu lieu lors de la préparation de ce séminaire ont mis au jour la vivacité et la complexité de la question des relations entre pastoralisme et territoire. Comme pour chaque séminaire, et c’est bien là la force de ce collectif, en croisant nos regards, en bousculant parfois nos postures et nos habitudes, nous avons cherché à identifier les questions vives auxquelles cette journée d’échange devait fournir éclairages et pistes de travail. Aujourd’hui, le territoire est partout, dans les domaines technique, politique, scientifique, mais aussi dans les mots de la vie quotidienne. Catégorie de sens commun, c’est un terme aisément compréhensible par tous, et suffisamment polysémique pour faire consensus… mais suffisamment flou pour que chacun le nourrisse de ses propres représentations.

En géographie, il est le plus souvent lié à l’idée d’appropriation d’une portion d’espace terrestre par des groupes humains, articulant des dimensions matérielles et symboliques inscrites dans le temps long. Bien que ne référant pas à une échelle particulière, le territoire est souvent lié à une analyse par les dynamiques d’acteurs au niveau local. Cette approche recoupe l’usage croissant du terme dans la sphère de l’action publique, en lien avec les politiques de décentralisation, qui mène parfois à essentialiser « les territoires », voire à leur donner une intentionnalité propre qui masque les acteurs qui les constituent. La montée en puissance de l’action des « territoires » percute des logiques plus sectorielles, notamment pour des activités d’interface entre secteur et territoire comme le sont les activités pastorales.

Le pastoralisme en effet est par essence une pratique de l’espace, qu’il façonne en retour. Il se déploie dans des espaces matériels et sociaux pluriels et met en relation des lieux et des acteurs. Il est souvent porteur d’une forte dimension patrimoniale et symbolique qui participe de la construction sociale et identitaire des territoires. Mais c’est également une activité d’élevage qui bénéficie de soutiens publics liés notamment à la Politique agricole commune et qui s’organise en réseaux d’acteurs plutôt sectoriels que transversaux. La plupart des questions ressortant du groupe de travail autour de l’articulation entre activités pastorales et dynamiques territoriales concernaient donc l’articulation entre les acteurs du pastoralisme et « les autres », à une échelle locale, où comment renégocier la place du pastoralisme dans des territoires recomposés et diversifiés.

Au final, nous avons retenu cinq grands axes que nous soumettons à l’analyse, à travers des interventions croisées entre chercheurs et praticiens. Il nous a semblé utile, dans un premier temps, de nous interroger sur la notion même de territoire, du point de vue des services pastoraux d’une part et des géographes, dont c’est un peu le cœur de métier, d’autre part, tout en faisant le lien avec le développement de l’agro-écologie, fil rouge des travaux de l’AFP depuis deux ans. Nous avons souhaité dans un second temps aborder la question de la production et de la mobilisation de ressources territoriales, impliquant le pastoralisme, dans une logique de développement local. Il nous a ensuite semblé indispensable d’aborder la question stratégique de la territorialisation des politiques publiques permettant de soutenir le pastoralisme, notamment dans le cadre de la Politique agricole commune, puis de proposer une approche centrée sur les systèmes d’acteurs locaux amenés à collaborer dans les projets de développement des territoires montagnards. Enfin a été abordée la question des compétences à construire et mobiliser dans le cadre de démarches de plus en plus territorialisées, qui percutent parfois des cadres de référence plus sectoriels.

(…)

Pour citer cet extrait : EYCHENNE Corinne (2016). Introduction du Séminaire : La place du pastoralisme dans des territoires recomposés et diversifiés. In : EYCHENNE C. et N. BUCLET (dir.), Activités pastorales et dynamiques territoriales, Actes du séminaire de l’Association française de pastoralisme de 2016, ed : Cardère.

Les actes complets peuvent être commandés ici !

Crédits photographiques : Image à la Une, Zone pastorale par Olivier Bories, Creative Commons CC BY-NC-ND


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.