AFPYR, une certaine idée du collectif en mode «slow science» ?

Quelle aubaine de pouvoir s’exprimer sans contrainte de format ou de style, sans exigence de code, sans objectif de classement et d’évaluation ! C’est tellement agréable de ne pas avoir à composer avec toutes ces normes imposées qui canalisent, uniformisent et qui finalement ne laissent qu’une petite marge de manœuvre pour l’originalité. Se sentir libre de pouvoir écrire comme les mots et les idées nous viennent, sans avoir à penser structure d’article ou quantité de références bibliographiques à citer est très réjouissant. J’ai décidé de profiter pleinement de cette liberté en empruntant cet autre sentier de publication. Il me ressemble peut-être davantage d’ailleurs. Il me donne envie en tout cas cet après-midi de m’y promener un peu. L’écriture de ma communication au colloque du mois de décembre attendra. De toute façon, je n’ai jamais su gérer les priorités autrement que par le plaisir à prendre. Ce n’est peut-être pas la meilleure stratégie à construire pour faire carrière dans la recherche, mais c’est celle que j’ai choisie et elle me rend heureux. Il ne s’agira pas dans cet « article » de discuter méthodologie ou résultats d’étude. J’ai plutôt envie de parler d’équipe et de collectif…

La recherche en cours sur les Associations Foncières Pastorales dans les Pyrénées ne pose pas véritablement les problématiques de travail dans lesquelles j’ai décidé de faire circuler mes interrogations et mes réflexions de chercheur en aménagement de l’espace. J’y trouve bien là quand même un intérêt et une satisfaction scientifique, l’occasion de m’interroger sur le paysage, le rôle et l’impact des AFP dans la production esthétique des territoires de montagne, aussi de dessiner un peu.

Dessins réalisés par Olivier Bories pour AFPYR sur les terrains de Soulan et du Bastan (2015)

Mais moi c’est plutôt en ville que je travaille, à Toulouse sur la thématique de l’agriculture urbaine et de la recomposition des territoires artificialisés. La montagne j’y vais pour y pratiquer le parapente et profiter différemment des grands paysages et de leur contemplation. Dans le programme AFPYR j’y trouve surtout le plaisir de réfléchir et de travailler ensemble. J’y ressens l’idée du collectif dans ce qu’il traduit de l’assemblage réussi de compétences scientifiques mais aussi de comportements humains. J’y découvre et y rencontre véritablement l’esprit d’équipe. Il n’y a pas de chef. Il n’y a pas de « star ». Il y a plusieurs chercheurs unis qui forment un groupe de scientifiques intéressés par un sujet, qui décident chacun d’y entrer par une envie. Certains y sont très actifs et productifs, tandis que d’autres sont un peu moins présents mais jamais très éloignés. Tous circulent continûment dans le programme, à vitesse variable selon les contraintes. Tous s’écoutent. Aucun n’évalue. Mais le cap n’est jamais perdu de vu et la recherche progresse efficacement. Tout n’y est pas non plus toujours facile mais qu’il est bon et encourageant de prendre part à une vraie recherche d’équipe, d’être ensemble pour apprendre et mieux connaître…

Crédits photographiques : Image à la Une, L1080949.JPG,  par Pedro Reyna, Creative Commons CC BY

Cite this article as : Olivier BORIES, "AFPYR, une certaine idée du collectif en mode «slow science» ?," in Le Blog du Programme AFPYR, 2 novembre 2016, http://afpyr.hypotheses.org/203.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *